RUNNING COMPÉTITION

Bernard Mulato

Tout juste retraité dans sa campagne éguillenne, Bernard avait eu tout loisir de s’organiser une vie tranquille, toujours animée par son concept du sport en partage. Déjà professeur de boxe anglaise, de boxe française et de kick-boxing alors qu’il entrait au club d’athlétisme (2006), il mettait rapidement ses qualités d’animateur sportif au service du club…et devenait coach (2007). Un coup de cœur pour la discipline running et ses pratiquants, et une belle fidélité au club auquel il reste profondément attaché. « Avec la retraite, j’ai lâché le club (de boxe) de Gardanne que j’avais créé il y a près de 40 ans… et aujourd’hui, je suis moins assidu sur les entraînements classiques de la section running des mardis et jeudis… » Mais toujours très actifs sur les sorties des samedis et dimanches dont il apprécie particulièrement la convivialité: « Ah ! Le rituel du petit café post effort… »  Il ne demande qu’à faire connaitre, baskets aux pieds,  la Provence qu’il aime et dont il connait multiples coins et recoins secrets. Sans omettre de distiller de précieux conseils d’entraîneur. Un nouveau coaching à inventer : entraîneur-accompagnateur du week-end ?

En cette période, il tient à être « très réglo » : il concentre ses sorties running, « entre 5 et 7km, avec Danièleun jour/deux pour maintenir la forme » dans le km autorisé; le confinement lui aura même fait découvrir des endroits ignorés, «, comme le chemin des Plaideurs d’où l’on a une vue exceptionnelle sur toute la plaine… et pourtant je croyais avoir tout exploré.»  A partager post-confinement ?

En attendant, l’ex-informaticien ne manque pas d’activités : « Nous avons la chance d’avoir un cadre agréable, un jardin, des fleurs, des arbres…le travail ne manque pas : je taille, je tonds,  je souffle… »  Et il surveille attentivement la vie et le travail de ses ‘copropriétaires’, des abeilles dont le miel concentre tous les arômes de la campagne environnante. La ruche : une vraie passion sur laquelle il est incollable…

Tout n’est donc que plaisir à savourer et à partager, y compris la quotidienne partie de boules, avec Danièle,  à l’heure de l’apéro. Vers un diplôme d’entraîneur FIPJP ou vers un titre au mondial de pétanque?

Devant la sérieuse menace, Bernard s’interdit pourtant d’autres vrais moments de bonheur : « Mes sorties  mardi-jeudi matin avec les filles d’Aix Athlé et ex Athlé ; et si la section running peut redémarrer, avec les beaux jours, je pense aussi y revenir les mardis et jeudis soir sur le stade Carcassonne.  Autre sacré manque: serrer dans mes bras mes enfants et ma petite-fille. Mais priorité aux consignes. On est tellement dans l’inconnu ».

Du partage mais du respect avant tout.

Interview réalisée par Isabelle Avot.

Léa Filippi
Gisèle Zumtangwald

ET AUSSI…

Menu